Détection de fuites

Détection de fuites

Détection de fuites

La performance d’un système d’étanchéité par géosynthétiques est directement reliée à l’intégrité de la géomembrane. Les causes de perforation d’une géomembrane durant la construction d’un ouvrage de confinement sont nombreuses : mauvaises soudures, poinçonnements, coups de couteau, déchirures, etc.
Les techniques de détection géoélectriques de fuites, utilisant la propriété d’isolation électrique de la plupart des géomembranes (PE, PVC, bitumineuses, PP…) ont été développées pour localiser les perforations dans une géomembrane, et ce sur la totalité de la surface.

Détection de fuites

Expérience en localisation de fuites

Les professionnels du Groupe Alphard ont plus de 15 ans d’expérience dans le domaine de la localisation de fuite géoélectrique.

Leur expertise ne se limite pas seulement à effectuer des enquêtes sur des géomembranes couvertes et exposées, mais s’étend également dans le développement de nouvelles technologies et dans la standardisation des méthodes et technologies déjà existantes.

Les méthodes

Description de la méthode du jet d’eau

La campagne de détection de fuites par la technologie du jet d’eau (selon la norme ASTM D7002 – « Standard Practice for Leak Location on Exposed Geomembranes Using Jet d’eau System ») permettra de détecter les potentielles perforations apparues durant la pose de la géomembrane.
La technique du jet d’eau est une méthode géoélectrique qui utilise la propriété d’isolation électrique de la géomembrane pour localiser des perforations (voir figure ci-après). Un voltage continu (DC) est appliqué dans une lance métallique. Une mise à la terre est placée à l’extérieur du site afin de stimuler une différence de potentiel entre l’eau de la lance et l’assise de la géomembrane. Dès qu’une perforation suffisamment grosse pour laisser passer l’eau est atteinte, un film d’eau traverse cette fuite et crée un pont électrique entre le voltage positif et la mise à la terre. Un signal sonore est émis pour avertir le technicien spécialisé de la présence d’une fuite. La lance de jet d’eau humidifie 100 % de la surface à vérifier et valide donc entièrement la surface. Cette technologie permet de détecter des perforations de taille inférieure à 1 mm2.

Les méthodes

Description de la méthode du dipôle

La campagne de détection de fuites par la technique du dipôle (selon la norme ASTM D7007 – « Standard Practices for Electrical Methods for Locating Leaks in Geomembranes Covered with Water or Earth Materials ») permettrait de détecter les potentielles perforations causées par la mise en place des matériaux de recouvrement.
La méthode géoélectrique du dipôle utilise la propriété d’isolation électrique de la géomembrane pour localiser des perforations (voir figure ci-après). Un voltage de l’ordre de 550 V continu est directement injecté dans le recouvrement de sable, puis une mise à la terre est placée à l’extérieur du site afin d’obliger le courant électrique à passer par d’éventuelles fuites dans la géomembrane, générant ainsi un champ électrique typique identifiable en surface par le technicien qualifié.

Les méthodes

Description de la méthode d’arc électrique (spark test)

La campagne de détection de fuites par la technologie d’arc électrique (selon la norme ASTM D7240 – « Standard Practice for Leak Location Using Geomembranes with an Insulating Layer in Intimate Contact with a Conductive Layer via Electrical Capacitance Technique [Conductive Geomembrane Spark Test] ») permettra de détecter les défauts apparus durant la pose de la géomembrane conductrice.
Grâce aux méthodes de fabrication de géomembranes co-extrudées, il est désormais possible de produire des géomembranes avec un noyau isolant et une couche conductrice sur une de ses faces. Cela permet d’utiliser la méthode de détection de fuites par arc électrique (Spark Test).

Les méthodes

Description de la méthode d’arc électrique (spark test) (suite)

Pour se faire, le côté conducteur doit être installé face vers le bas. Une source de voltage portable est utilisée pour charger la géomembrane en utilisant un élément plat conducteur, comme un disque en néoprène conducteur. La charge électrique est transmise dans la géomembrane par capacitance (champ magnétique), et lorsque le balai métallique passe à proximité d’un défaut, cette charge se décharge à la manière d’un arc électrique dans le balai, générant au passant une alarme sonore provenant du détecteur électronique.
Selon la zone qui doit être testée, différents équipements peuvent être utilisés. Par exemple, de petits détecteurs à main sont utilisés dans les espaces plus étroits (confinés), tandis que de grands détecteurs seront généralement utilisés sur de grandes surfaces à aire ouverte. Avec cette méthode, des fuites aussi petites que 1mm2, et même plus, peuvent être détectées.